Le 6 mai 1917, Breguet reçoit une commande de 150 exemplaires du type AV du corps d'armée. L'appareil reçoit la dénomination officielle "Breguet XIV type A2".
Les prototypes AV1 et AV2 présentent chacun des caractéristiques techniques spécifiques qui les identifient comme deux avions différents. l'AV1 reçoit l'appellation "Breguet XIII". L'AV2 est alors considéré comme le prototype du Breguet XIV.
L'AV1 l'AV2 et les dix avions construits aux frais de Louis Breguet sont inclus dans le marché. Le service des fabrications aéronautiques (SFA) attribue à chaque appareil un numéro matricule qui ne caractérise pas pour autant l'ordre de sortie des usines. L'AV1 reçoit le matricule 662 et l'AV2 le 663.
Le Breguet XIV se caractérise par sa conception innovante.
Le Breguet XIV est le premier avion au monde à combiner une utilisation généralisée de Duralumin avec joints de structure oxysoudés.
 
   
  Notons qu'en 1918, l'appellation règlementaire "Breguet XIV" devient "Breguet 14".
   
  Eugène BELLET
  Extrait du livre "Breguet XIV, des tranchées à l'Aéropostale"
   
 
 
 
 
 

   
 
La RECONSTRUCTION à TOULOUSE d’un BREGUET 14 - Le F-POST

De 1917 à 1926, le Breguet 14 a été fabriqué à 8200 exemplaires, record du monde qui ne sera battu que durant la Seconde Guerre mondiale, par le bimoteur Douglas DC-3.

Des 8200 Breguet 14 construits, seuls 2 originaux sont répertoriés dans le monde:
- le Breguet 14 A2 militaire exposé au Musée de l’air er de l’espace du Bourget.
- le Breguet 14 A2 exposé au Musée national d’Helsinki en Finlande.

La dimension historique et culturelle singulière du BREGUET 14 et sa quasi-disparition physique de la planète ont engagé une équipe de passionnés à relever le défi de reconstruire et faire voler un BREGUET 14, en forme d’hommage aux pionniers des Lignes Aériennes Latécoère et de la Compagnie Générale Aéropostale.

C’est cette mystérieuse alchimie de passions convergentes qui a très certainement permis d’engager le pari fou de construire à l’identique un Breguet 14, projet initié à Castelsarrasin en septembre 1992 par Eugène BELLET, président de l’association « Escadrille Occitane » et à laquelle adhère Luc Gimazane, directeur de l’Ecole Aéronautique Occitane.

Le projet est définitivement lancé le 17 novembre 1992 lors d'une réunion amicale au Centre d'essai aéronautique de Toulouse, avec l'adhésion de Daniel Vacher, ingénieur aéronautique au CEV, Gérard Desimone, technicien au CEV et Bernard Ceolato, cadre technique chez Thomson, au retour du Rallye Toulouse Saint-Louis, auquel ils venaient de participer.

Il est probable que l'on ne sort pas souvent indemne de la fréquentation de ce Chemin de Compostelle des aviateurs avec l'escale saharienne mythique de Cap Juby.

En début d’année 1993, Jacques LATOUILLE, ingénieur CEAT, Michel BARBIE, chef d’atelier principal chez Latécoère et Roger CIRYCI, ingénieur ENAC, rejoignent l’équipe ainsi constituée.

Cette équipe se donne comme objectif l’utilisation de la construction et la présentation en vol de l'avion comme centres d'intérêts pédagogique, historique et culturel.

Des élèves de cinq lycées techniques de Midi-Pyrénées, des stagiaires d’un centre de formation professionnelle pour adultes (AFPA) et d’un Centre de formation professionnelle pour personnes handicapées (CRIC Toulouse) ainsi que cinq élèves ingénieurs de SUP AERO seront ainsi associés au projet de construction du BREGUET 14 F-POST.
   
 
   
 
 
  ©ASSOCIATION BREGUET XIV  
     
 
 
     
  SUIVEZ-NOUS